Serghei Litvin Manoliu: définition du dessin

Glorieux journalistes, critiques indomptables, marchands irréprochables et vous, galeristes d’élite, permettez-moi de vous dire ce qu’est un dessin, car l’heure est grave et le temps presse : le Salon du Dessin Contemporain 2008 ouvre ses portes et je crains le déferlement, la cour des miracles… Les mots sont un bien précieux auxquels nous devons un respect certain. Prétendre transformer Paris en “Capitale du dessin” est une belle aventure qui demande un minimum de connaissances, voyez-vous… Je comprends fort bien qu’il faille vendre (qu’il s’agisse de mètres carrés de stand ou de marchandises diverses, dont certains sous l’appellation trop généreuse, peut-être, de “dessins”), mais la rigueur paye aussi, n’est-il pas ? L’expertise, la compétence, le savoir-faire sont aussi d’excellents arguments (comme le disait, d’ailleurs si bien, la grande blonde pulpeuse au petit monsieur indécis…).

Voici ce que le dessin est :

Le dessin est le trait.

Indifféremment
a) du support
b) de l’outil
c) de la matière qui sert à réaliser le trait.

Le dessin est une oeuvre d’art en pièce unique.

Le dessin doit être son propre but et doit se suffire à lui-même.

Et voici ce que le dessin n’est pas :

Aquarelle: car l’aquarelle est une technique de peinture à l’eau basée sur la tache.

Planche de bande dessinée : car la bd est créée pour devenir un multiple, un album, un livre.

Film d’animation, vidéo : car tout procédé où la copie est identique à l’original et impossible à différencier de celui-ci (pellicule, fichier numérique) appartient à la catégorie des multiples, au même titre que la gravure, la sérigraphie, etc.

Last but not least, voici la zone grise des techniques mixtes; quelques exemples de ce qui peut être – et/ou ne pas être du dessin:

– Un dessin rehaussé à l’aquarelle (ou à la tempéra, etc.) est un dessin tant (et seulement tant) que le trait domine et justifie la composition.

– Idem pour une photo sur laquelle l’artiste a dessiné: tant que la photo prédomine, c’est une photo rehaussée d’un dessin. Mais quand le dessin sur la photo finit par avoir le dernier mot, c’est bien d’un dessin qu’il s’agit, d’un dessin sur photo.

– Les cratères helléniques, loin de n’être “que” des poteries, sont, en réalité, des dessins en trois dimensions (sur terre cuite). Et les “sculptures” de Dubuffet sont aussi des dessins tri-dimensionnels.

dessin-louvre-slm.JPGjean-dubuffet-slm.JPG

Mais quelle est donc votre définition du dessin ? Osez-vous définir ? Est-ce bien raisonnable ? Bien prudent ? Attention: définir c’est exclure ! C’est dire “oui” pour dire “non”… Ce n’est pas un sport bien démocratique… Une fois de plus, vous voici prévenus ! Qui plus est, c’est sacrément européen comme discipline, l’avez-vous remarqué ? Bienvenue au Fight Club D0010 !

PS: Allez sur le blog d’Anne Malherbe, qui vient de publier trois posts intéressants, présentant, en avant-première, des galeries et des pièces qui seront au salon du dessin contemporain.