Concept de la FID 2011 : définition du dessin, retour à l’essentiel, la transmission comme mission, fidélité au dessin

La troisième édition de la FID apporte à la Semaine du Dessin 2011 la confirmation de son concept novateur : c’est la première foire prospective, destinée aux étudiants des grandes écoles d’art européennes.

Définition du dessin

Le dessin est le trait, fruit du geste :
– indifféremment du support, de l’outil, de la matière qui sert à le réaliser ;
– à la fois oeuvre d’art en pièce unique et son but propre.

Le dessin : retour à l’essentiel

Véritable colonne vertébrale des arts plastiques, la discipline du dessin est de retour sur le devant de la scène artistique internationale. Il s’agit de l’un des «bienfaits» de la crise du marché de l’art contemporain : le retour à l’essentiel.

Notre mission : la transmission

Foire prospective où les étudiants-exposants sont les artistes nouveaux du 21e siècle où ils ont ainsi l’opportunité de rencontres porteuses de richesse, de diversité culturelle. Le public a quatre jours pour découvrir, dans un même espace, les travaux d’étudiants qui viennent de toute l’Europe, travaux sur lesquels se bâtit aujourd’hui l’art contemporain de demain.

Nous vivons une crise financière, dont on parle peut-être trop. Nous vivons aussi une crise culturelle, une crise d’identité dont nous faisons semblant de nier l’existence. Pour que la FID remplisse sa mission, elle doit devenir le lieu de rencontre entre héritage et avenir. C’est notre pari : la transmission.

Servir le dessin avec fidélité

Depuis la première édition, en 2009, les étudiants présentent leurs dessins sans cadre, libres, à plat sur de grandes tables. Celles-ci font référence aux anciennes réunions de marchands où tout était présenté sur tréteaux. En participant aux foires, les galeries semblent vouloir déménager leurs murs, leur intimité, leur discrétion. Depuis toujours, les foires sont, par excellence, des lieux d’échange et d’ouverture. Et pourtant, depuis une quarantaine d’années, celles-ci ont pris, peu à peu, la forme d’une succession de «white cubes» sur-éclairés, stérilisés.

Aujourd’hui, face à l’intendance lourde des foires d’art contemporain classiques, nous proposons une stratégie de décloisonnement, de circulation fluide et de simplicité de présentation. Nous croyons qu’une mise en valeur épurée des pièces sert le dessin, son esprit, sa rigueur – sert son avenir avec fidélité.