Apothéose mineure (sic) de la langue de bois : la critique d’art comme exercice d’auto-admiration

Je viens de recevoir l’invitation d’une galerie parisienne pour une exposition qui aura lieu ce mois-ci. Le texte de présentation commence ainsi :

(…) une approche conceptuelle de l’aquarelle. Une hypothèse de travail est énoncée, qui est ensuite vérifiée dans l’espace de l’atelier. Le projet initial est souvent corrigé tout au long du processus d’expérimentation. (…) 

Au lieu de dire que l’aquarelliste se met au travail, on dit qu’ “une hypothèse de travail est énoncée”.

Cela n’a pas lieu n’importe où ! Cela n’a pas lieu pas simplement dans l’atelier, mais dans l’ “espace de l’atelier”.

Au lieu de faire simplement des essais il “vérifie l’hypothèse”.

Le thème de départ devient “projet initial”.

Et si, en travaillant, l’artiste change d’avis, cela s’appelle “correction du processus d’expérimentation”.